ghereg

PARIS : FOCUS ÉTUDIANT : ELISA VIDAL

 Avant de s’inscrire à Studio M, Elisa a commencé par faire une licence d’histoire de l’art, puis une licence de lettre avec option cinéma. 

“Depuis mon enfance, je savais au fond de moi que j’avais toujours eu envie de faire du cinéma, mais ma situation familiale compliquée et des aprioris sur le milieu et moi-même m’en empêchaient.” 

C’est en 2020 qu’elle décide de sauter le pas, et de s’inscrire à Studio M Paris, en bachelor Réalisation et Montage. “Je sais que je suis heureuse dans cette voie, que c’est celle qui me fallait. J’ai choisi cette école car elle ne me semblait pas impersonnelle. S’il y a bien une chose que je déteste par-dessus tout, c’est qu’on me considère comme un numéro. C’est le sentiment que j’avais à la fac.” 

En 2 ans d’études, Elisa a su s’ouvrir et montrer tout son potentiel créatif. Travailleuse et polyvalente, elle a su nous épater avec tous ses projets, et a finalement trouvé son désir professionnel profond

“Le métier de l’audiovisuel qui m’attire le plus est réalisatrice. Je sais que c’est ce que je veux être au plus profond de mon être et dans quoi je suis douée. Réalisatrice peut me permettre de raconter mes propres histoires ou celles des autres. Avoir des rapports humains. Organiser. En somme, encadrer un projet et le soutenir de toutes mes forces jusqu’à la dernière minute.” 

Maintenant diplômée après avoir proposé un sublime documentaire de fin d’année, Elisa n’a pas prévu de prendre sa pause bien méritée. Toujours à la recherche de projets à concrétiser, elle est motivée plus que jamais à percer dans ce milieu créatif. 

“Après l’école, je compte faire le plus de projets possibles. Ecrire, écrire et encore écrire et présenter mes projets. Rechercher des financements, participer à des festivals, aider d’autres amis cinéastes, faire des projets de commandes … Pour le moment, les univers de la musique et du clip me plaisent bien. Je compte faire mes armes dessus. Mais je reviendrai toujours à mon premier amour : le cinéma.” 

 


UN PROJET DONT TU VOUDRAIS NOUS PARLER ? 

 

 

“Nirvana, Metallica, Marilyn Manson, on peut dire que mon éducation musicale s’est faite en même temps que mon éducation cinématographique. Entre deux Disney, Miyazaki et Tim Burton, une mélodie des Daft Punk ; Veridis Quo en écho dans mes songes comme une Madeleine de Proust. 

Réaliser un clip faisait donc parti de mes rêves. Un objectif atteint lorsque j’ai rencontré Raphaël de Creature, un projet One Man Band de Black Métal Progressif / Expérimental ? Très particulier à l’univers complexe. Nous avons décidé de collaborer sur une musique de l’album Éloge de L’ombre : «NOIRE».  

L’idée de coller aux paroles en faisant un clip avec une narration très cinématographique m’est venue des nombreux clips que j’ai pu voir durant mon enfance. J’aime cette idée du clip comme un court métrage. J’avais envie que cela change du schéma habituel de clips dans le metal. Le canonique clip où la caméra bouge trop, avec des visuels du groupe qui joue en studio ou dans un hangar. Bref, j’avais envie d’une direction artistique différente et Raphaël aussi.  Le clip s’est fait avec 0 budget (si, l’essence pour descendre à Vannes). Nous avons tourné à une caméra avec quelques panneaux Led dans l’obscurité la plus totale et le froid le plus glacial. J’ai encore un peu mal pour l’actrice principale, Cheyenne, qui est venue en collant…  

La narration du clip est celle-ci : un enfant vit dans une belle réalité que lui a forgé son protecteur : une créature. Mais il décide de s’évader et de voir le vrai monde. La créature en colère décide de le précipiter dans la réalité rude et triste. Lui montrer la tristesse du monde où ses sbires rôdent. Mais à la fin, l’enfant accepte la réalité telle qu’elle est et fait la paix avec la créature qui ne peut continuer, elle, à torturer l’enfant, s’étant prise d’affection pour lui.  

C’est une métaphore du pessimisme qu’il faut teinter de beauté pour ne pas se flinguer, en somme. Mais Raphaël pourra mieux en parler que moi via les paroles. 

La collaboration s’est très bien passée et je suis pressée de refaire un clip. J’aime l’exercice et la créativité que cela requiert.”